A Douaye, on dit que les bonnes épouses viennent de l’EFA!

13/02/2009

des élèves adultes de l'EFA de DouayeLes formateurs disent recevoir de plus en plus des demandes d’inscription des hommes qui veulent que leur femme soit formée à l’EFA. Depuis quelques années, les femmes inscrites à l’EFA  se sont montrées  exemplaires dans leur foyer, une fois leur formation achevée.  Dans le village, la nouvelle s’est répandue  telle une traînée de poudre, « les bonnes épouses sont celles qui étaient à l’EFA ». Et pour cause, la formation à l’EFA permet à la jeune femme de savoir tricoter, cultiver, élever et cuisiner. Les formatrices Annick Ratoua et Pauline Foundaï mettent également un accent particulier sur les cours d’EVA, l’éducation à la vie et l’amour.


Les anciens élèves soutiennent et réhaussent la formation technique dans les EFA

13/02/2009

un-ancien-eleve-devenu-formateurLes anciens élèves des EFA et mêmes ceux du CFGDR (le centre de 2è niveau des EFA), sont de plus en plus nombreux à rejoindre l’équipe pédagogique de leur EFA d’origine. Les EFA de Bakem (Littoral), de Doukoula et de Touloum (Extrême Nord) se comptent parmi celles qui ont bénéficié du retour de leurs anciens élèves. Grace à la CNEFAC, d’autres EFA telles que Fokamezo (Ouest) et Mekok (Sud) ont pu recevoir également cet appui en formation par les anciens élèves. Une initiative dont les parents et les administrateurs des EFA se sont dits satisfaits.